main dans le judaisme
bracelet rouge kabbale

Les signes de la main dans le judaïsme

Au fil des siècles, diverses communautés à travers le monde se sont inspirées de la main pour élaborer des symboles plus ou moins secrets. Chacun de ces possèdent signes des significations religieuses, politiques, culturelles et sociales. Si les origines et interprétations ont quelque peu été perdues, certains de ces symboles sont toujours utilisés.

Les signes les plus courants sont ainsi utilisés pour communiquer des informations:

  • Le soutien avec un ou deux pouces levés
  • La désapprobation avec le pouce baissé

Ces signes varient d’une culture à une autre et peuvent donc avoir une signification totalement différente en fonction du pays dans lequel on se trouve. Ce qui peut parfois entraîner des malentendus, voire des conflits.

A côté de cela, on trouve également des symboles liés à des mouvements politiques, militaires ou religieux. Le plus fameux étant sans aucun doute le salut militaire, qui varie également d’un pays à un autre et d’un corps de l’armée à un autre.

Les scouts ont d’ailleurs repris l’un de ces saluts et l’ont fait passer dans le civil.

De nombreuses religions utilisent également des expressions et des signes de la main. Les communautés chrétiennes les plus traditionnelles font le signe de croix de multiples manières avec leurs mains. Les musulmans quant à eux, utilisent les mains levées et se couvrent le visage pendant la prière.

Pourquoi utiliser des signes de la main?

Les mains sont utilisées pour communiquer ou pour montrer des signes de respect ou de loyauté. Dans le sens religieux, il peut s’agir de communiquer avec D-ieu, ou de montrer respect et l’obéissance à D-ieu. De plus, un signe de la main ajoute également une dimension physique à l’engagement religieux déjà exprimé par la parole, le chant ou la psalmodie.

En réalisant un signe de la main, un groupe ou une communauté peut affirmer son appartenance à une croyance. Tous ceux qui reconnaissent le signe sauront qu’ils sont en présence dans leur propre communauté. Dans certaines communautés, ces signes ont été secrets car les membres se devaient de transmettre un message qui aurait pu les mettre en danger.

Signes de la main dans la religion juive

Les signes de la main ne jouent pas un rôle aussi important dans la pratique religieuse juive que dans d’autres communautés (chrétiennes, musulmanes ou hindoues). Mais certains tiennent une place importante dans la pratique journalière du judaïsme.

Le signe de la bénédiction des Cohen

De tous les signes de la main dans le judaïsme, le plus célèbre est celui de la bénédiction des Cohen, le Birchat Cohanim. Pourtant, il est rarement vu. Il s’agit du signe réalisé pendant que le Cohen bénit la congrégation avec deux mains tendues à hauteur d’épaule, les doigts écartés (sous le tallit). Pendant cette bénédiction, le visage du Cohen est recouvert avec son châle de prières. Ces mains dans la position de la bénédiction des Cohanim sont souvent vues dans des décorations de bijoux ou accessoires judaïca.

Position des mains pendant la Birkat Cohanim

Les mains sont tenues avec les doigts tendus vers l’avant, l’auriculaire de chaque main étant séparé de l’annulaire et un espace étant ménagé entre le deuxième et le troisième doigt. Il y a un autre espace entre les deux pouces, ce qui fait un total de cinq espaces. Les paumes sont tournées vers le bas. La main droite est placée légèrement au-dessus de la gauche. Cette élévation des mains pendant la bénédiction s’appelle le nesiat kohanim.

Battement sur la poitrine

Pendant la prière juive, lorsque les mots « nous avons péché » ou des mots à cet effet sont prononcés, il est d’usage de battre le sein gauche sur le coeur avec le poing droit. Cette pratique juive n’est cependant pas une flagellation et n’est pas destinée à être douloureuse. Il s’agit d’un symbole destiné à rappeler à la personne les mots qu’elle prononce et à l’encourager à se repentir.

Montrer la Torah du doigt

Après la lecture de la Torah, le rouleau est levé tout en restant ouvert à la vue de tous les fidèles. Une fois que la hagbah a eu lieu, certaines communautés ont la coutume de montrer la Torah avec le petit doigt, d’autres la montrent en tenant les tzitzit ou les franges de leur tallit tout en récitant les mots « et voici la Torah ».

Bénédictions sur les bougies de Chabbat

Lorsque les bougies du Chabbat sont allumées, un rituel impliquant les mains a lieu. C’est généralement la femme qui allume les bougies, mais s’il n’y a pas de femme dans la maison, un homme est tenu de le faire. Les bougies sont allumées, et avec les deux mains, on agite trois fois la lumière vers elle. Un symbole qui consiste à attirer vers soi l’esprit de sainteté du Shabbat. Elle ferme les yeux, les couvre de ses mains et récite la bénédiction. C’est cette vision du mouvement physique, baignée dans la douce lueur des bougies, et le léger murmure de ses prières qui sont restés gravés dans la mémoire de tant de générations de Juifs.

C’est souvent l’aspect physique d’un rituel qui ajoute une importance supplémentaire, de sorte que nous nous en souvenons longtemps. C’est justement pourquoi ces signes de la main ont traversé les siècles et l’histoire du peuple juif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *